PRÉCURSEUR DU CIRQUE MODERNE

Prenant le contre-pied du cirque traditionnel, les «Plumes » initient
la révolution du genre dans le sillage du renouveau culturel et social
impulsé par mai 68. Hybridation des techniques, transversalité
des numéros entre théâtre, danse et scénographies narratives,
injection d’une bonne dose de poésie et abandon définitif du
dressage d’animaux.
En 1990, leur spectacle «No Animo Mas Anima» prend valeur de
manifeste du «Nouveau Cirque».
Entre progressive reconnaissance patrimoniale et recherche
continu de réinvention, le Cirque Plume est devenu au fil des
décennies la première troupe européenne, après avoir rassemblé
plus de 3 millions de spectateurs dans le monde.
Cette aventure devait se clôturer en décembre 2020, avec le
spectacle «La dernière saison» à Besançon, ville qui a vu naître la
troupe. La pandémie en aura décidé autrement…
C’est cette trajectoire collective, dans sa singularité et son
exubérance, que retrace le film d’Antoine Page.

UN FILM FLEUVE, POUR UNE ÉPOPÉE COLLECTIVE

« Pour un fils d’ouvrier, un bac technique ce sera déjà pas mal ! »
C’est la sentence qu’assène une clairvoyante conseillère d’orientation à Bernard Kudlak, futur directeur artistique du Cirque Plume, et c’est le début de l’histoire. L’histoire d’une bande d’amis qui, destinée à l’usine, choisi de s’inventer une vie d’artiste. Partis de nulle part, ne connaissant rien aux techniques de Cirque, ils se lancent dans une folle épopée sans se douter qu’ils vont participer à l’invention d’un nouveau genre artistique.

Fondateurs de la troupe, artistes invités mais aussi techniciens du spectacle, administrateurs, cuisinie.re.s… Vingt-cinq personnages nous racontent les diverses étapes de la construction de la troupe. De l’insouciance de leurs vingt ans à la nécessité de se réinventer,